Emile LAHAYE

 

Bonne année 2018 à tous. Ne doit-on pas qualifier 2017 d'année charnière ? Elle a été marquée par tant d'évènements importants que certains disent qu'on a basculé dans un autre monde... Quoi qu'il en soit, la période du nouvel an est toujours l'occasion de s'interroger sur les résolutions que l'on prend et les vœux que l'on émet pour l'avenir. C'est un exercice auquel se sont livrés spontanément les administrateurs de Confluence après le dernier conseil d'administration. Sans parler dans les détails, c'est le mot PAIX qui est revenu le plus souvent. C'est bien naturel car on sait tous, que des menaces existent sur le plan international, sur lesquelles il nous est difficile, hélas, d'agir directement. La paix, se construit aussi dans notre environnement, dans nos relations quotidiennes, sur lesquelles on a un réel pouvoir d'agir. Maintenir la paix entre les peuples, c'est prévenir les conflits, organiser la coopération, éviter les grands déséquilibres, entretenir des relations par la diplomatie. De même la paix se construit localement par l'entretien de relation bienveillantes dans nos milieux de vie (ce qui n'exclut pas la confrontation des idées), mais cela consiste aussi à anticiper et prévenir les risques et notamment les fractures qui peuvent apparaitre, devenir des sources

d'injustices et altérer les relations sociales : Fracture à propos de la mobilité (combien de personnes ne disposent d'aucun moyen de transport ?). Fracture à propos de la santé, accès aux soins mais aussi à la prévention et à l'éducation (alimentation, saine, activité physique). Fracture numérique (notamment entre générations). Fracture relationnelle (personnes isolées). Fracture pour l'accès à l'emploi, le plus important, et tant d'autres... Quelle part peut prendre "notre Centre Social Confluence" à la construction de la paix chez nous, entre nous ? Telle est la question à se poser en ce début d'année, au cours de laquelle, le projet social, pour les années futures va être élaboré ? D'abord observer et constater que nous ne sommes pas seuls, heureusement, à œuvrer pour tenter de résorber les fractures énumérées ci dessus... Sont présents : les services institutionnels : CDAS, CCAS, CCPR, CAF..., les associations caritatives qui mobilisent de nombreux bénévoles, les projets innovants (territoire zéro chômeurs). Il est évident que si ces "forces" fédèrent leurs énergies, ça produira de l'efficacité. Le recueil de la parole des habitants par les bénévoles et les salariés au Centre Social  qui est en cours doit être un élément moteur pour atteindre ces ambitieux objectifs... Pour ceux qui ne l'aurait pas encore fait, il est encore temps... Merci.

A très bientôt et bonne fête de fin d'année...

Emile LAHAYE

Administrateur de l'Association Confluence