Capture chloé

L’édito que vous allez lire ci-dessous a été écrit par une dyslexique et j’ai fait le choix de ne pas le faire relire avant sa publication. Ceci n’est pas une preuve de paresse ou de «  j’en foutiste » mais bien une position politique en tant que telle.

Pourquoi la majorité de l’information est diffusée sous forme écrite via : des mails, des news letter, des flyers et des affiches. Sachant que 7 % de la population âgée de 18 à 65 ans est concernée par l’illettrisme en France, donc ayant des difficultés à lire et déchiffrer un texte (source : Agence de Lutte Contre l’Illettrisme).

Je considère l’écriture comme étant une forme d’oppression qui classifie les bons élèves, ceux qui peuvent écrire du Proust sans la moindre rature et les autres, les mauvais élèves, qui hésitent entre un « t » et un « s » à la terminaison de « grandi ». Je considère qu’un CV ou qu’une lettre de motivation sont des outils qui donnent une valeur à un individu basé exclusivement sur son intelligence linguistique. En laissant de côté, bien entendu, les autres formes d’intelligences telles que l’intelligence logico-mathématique, corporelle-kinesthésique, spatiale, interpersonnelle, musicale, intra personnelle, naturaliste et existentielle, misent en évidence par le psychologue Howard Earl Gardner.

Mais comment faire ? Vous demandez vous surement. On ne peut pas supprimer tous les supports écrits ! Hé bien non, vous avez raison. Par contre, nous pouvons adapter nos outils de communication pour qu’ils soient accessibles au plus grand nombre. Comme par exemple en utilisant le « facile à lire et à comprendre » qui préconise l’utilisation de pictogrammes et l’écriture de phrases courtes pour faciliter l’absorption de l’information. Ou encore privilégier les supports vidéos. Au lieu d’imprimer des chartes que personnes ne lira soit par manque de temps, d’intérêt  ou de moyens, car ce n’est pas seulement une question de volonté, elle pourra double cliquer sur un lien et s’approprier l’information.

Chloé Daniel.